Stage de M1 au Musée de zoologie de Rennes 1

Présentation

Durant le second semestre de Master 1, j’ai eu la chance d’effectuer un stage de 3 semaines au sein du campus de Beaulieu (Rennes, 35) dans le musée où résident les nombreuses collections scientifiques de la ville, dont celles de zoologie, sur lesquelles mes travaux ont plus particulièrement porté. Ces collections universitaires comprennent environ 150 000 animaux (mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, insectes), conservés sous plusieurs formes dont la naturalisation, les squelettes, les spécimens en fluide ou encore les montages à sec. Elles sont entres autres utilisées dans les galeries du musée pour l’enseignement (notamment en licence et master), les visites (par exemple pour les scolaires), et associées a celles conservées en réserve elles sont également sollicitées par les laboratoires de recherche.

J’ai été sous la responsabilité de Mme RICHARD Gaëlle, assistante de collections, qui gère la vie du musée avec beaucoup de passion.

Principales missions effectuées

Contexte

En 2014, deux chercheurs (de l’unité mixte CNRS/Université de Rennes 1 OSUR) et un auteur de bande dessinée sont partis 4 mois et demi en immersion au sein de la forêt tropicale Congolaise, afin de récolter des données sur deux espèces de gorilles. Lors de leurs recherches, ils ont pu observer un grand nombre d’autres espèces animales dont ils ont pris des photographies et fait des dessins. Ils sont donc revenus de leur expédition avec une base de donnée riche, qu’ils voudraient partager avec le public par le biais d’une exposition.

Voici le lien pour plus d’informations sur ces recherches: https://www.univ-rennes1.fr/actualites/objectifs-gorilles-retour-dexpedition

Ce que j’ai accompli

Il m’a été confié les premiers travaux à effectuer lors de la création d’une exposition.

Les chercheurs ont transmis à ma tutrice de stage la liste des espèces animales qu’ils ont pu observer, photographier et dessiner sur les lieux, à partir de laquelle mon stage et ses objectifs se sont articulés. Dans un premier temps, j’ai recherché dans les bases de données du musée les espèces disponibles dans les collections, ensuite, j’ai vérifié leur état général afin de m’assurer qu’elles pouvaient être exposées. J’ai regroupé ces espèces dans une pièce appelée laboratoire afin de pouvoir continuer mon travail dessus un peu plus tard. J’ai alors fait des recherches bibliographiques sur ces espèces afin de regrouper leurs habitats, régimes alimentaires et autres informations pertinentes et intéressantes sur ces différentes espèces.

Puis j’ai procédé au nettoyage des spécimens, afin qu’ils puissent être présentés au public sous leur plus beau jour, ce qui implique le respect de beaucoup de règles de sécurité comme le port d’une blouse lors de la manipulation, ou encore d’être sous une hôte aspirante en raison des produits de conservation utilisés qui peuvent être toxiques.

Je procède au nettoyage d'un balbuzard pêcheur sous une haute aspirante
Nettoyage d’un Balbuzard pêcheur

Pour terminer, j’ai fait des photographies de chaque spécimen dont les chercheurs pourront disposer lors de leur exposition, dans le studio de photographies du musée. J’ai regroupé toutes ces informations dans un fichier qui sera envoyé, après relecture par ma tutrice, aux chercheurs afin qu’ils valident et choisissent les espèces qui seront exposées.

Petit plus

J’ai pu assister aux présentations des musées de zoologie et d’outils scientifiques par deux collègues de ma tutrice de stage, devant des classes de 6ème. J’ai trouvé cela très enrichissant après avoir eu les cours de didactique auxquels nous assistons au deuxième semestre. En effet, j’ai pu m’entraîner à repérer les outils pédagogiques et les discours employés par les médiateurs pour s’adapter à leur public et faire passer leurs messages.

Egalement, Gaëlle co-enseigne avec un autre professeur dans une matière de médiation scientifique. Ceci m’a permis d’assister à un cours donné à des élèves de 3ème année de licence, durant lequel j’ai pu participer à l’élaboration des remarques faites aux élèves sur leurs présentations, j’ai donc pu mobiliser les compétences qui nous sont enseignées en didactique, en tant que « formateur de formateur ».  C’est dans ce même cadre que j’ai pu assister à l’évaluation d’une élève de master 1, qui se déroulait devant des élèves de CE2. Ce fut très enrichissant d’avoir accès aux grilles de notations et au bilan de cet examen, toujours dans la même optique de mise en application de ce que l’on apprends en Master 1 de Médiation.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *