Les intervenants

Ici vous pourrez trouver les noms, qualifications et thèmes de recherches des personnes intervenant dans le colloque. Elles seront donc présentées par ordre d’apparition :

Partie 1 : Mieux comprendre les plantes

Pierre Abad est directeur de recherche INRAE, au sein de l’Unité Mixte de Recherche Institut Sophia-Agrobiotech (UMR 1355, INRA-UNS-CNRS) à Sophia-Antipolis. Il a reçu le prix Roger-Jean et Chantal Gautheret, section biologie et physiologie du végétal.
Ses recherches portent sur l’étude du dialogue moléculaire entre la plante et un ver microscopique, appelé nématode à galles (Meloidogyne incognita) capable d’attaquer la quasi-totalité des plantes nourricières. Les travaux de recherche portent également sur les réponses des plantes à ces agressions. A l’heure actuelle, stimuler la résistance des plantes constitue une des alternatives de luttes efficaces et respectueuses de l’environnement.
Pierre Abad présentera une intervention sur « Le système immunitaire des plantes ».

Catherine Fernandez est directrice de l’IMBE, professeure des universités Classe Exceptionnelle à Aix-Marseille Université, Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale (IMBE UMR AMU CNRS IRD UAPV 7263).
Les recherches qu’elle mène appartiennent au champ de l’écologie fonctionnelle et l’écologie chimique. L’objectif est d’étudier les interactions entre organismes et avec leur environnement, médiées par une grande diversité de molécules à travers une approche interdisciplinaire. Ses recherches visent à comprendre le rôle des métabolites secondaires des plantes (PSM) comme variable forçante du fonctionnement des écosystèmes et du maintien de la biodiversité.
Page personnelle : http://www.imbe.fr/catherine-fernandez.html
Catherine Fernandez présentera une intervention sur « La communication des plantes ».

Partie 2 : Un sol sain pour des plantes saines

Emmanuel Bourguignon est un docteur en microbiologie des sols. Il est diplômé de l’Université d’Aberdeen (UK) où il a obtenu un master en microbiologie du sol. Il a ensuite effectué une thèse à Bio-Protection Research Centre (Université de Lincoln, NZ) sur l’écologie d’un groupe de champignons (Trichoderma) en cultures maraîchères et leur capacité de réduire naturellement les pressions de pathogènes. Plus tard, il obtient un diplôme de technicien en Œnologie à l’Université de Dijon. Actuellement, il travaille avec l’équipe du LAMS (laboratoire d’analyse microbiologique des sols) en tant que consultant en microbiologie, écologie et agronomie du sol. Il conseille également les vignerons, les agriculteurs, les terrains de golf, les jardins botaniques et les municipalités pour les aider à mettre en place des pratiques culturales pérennes qui respectent les sols, leur biodiversité, et l’environnement.
Emmanuel Bourguignon présentera une intervention sur « Qu’est-ce qu’un sol sain ? Le système naturel VS exploitation »

Mathieu Marguerie est un coordinateur chargé de mission en productions végétales Agribio 04 et Bio de PACA pour les grandes cultures. Diplômé en 2011, de Montpellier SupAgro en tant qu’ingénieur agronome, à la suite de ses études il devient animateur de filière chanvre avant d’être ingénieur productions végétales agriculture biologique chez Agribio 04. Il participe à la structuration de filière, à la gestion de projet et bien sûr met en place des appuis techniques. Depuis, 2018 il est également coordinateur chez Agribio. En parallèle, depuis 2016, il est co-fondateur et président de l’association « Graines de Mane » qui est un site participatif ayant pour vocation à expliquer l’influence variée de l’agriculture sur notre quotidien.
Mathieu Marguerie présentera une intervention sur « Comment bien se servir des sols ? Vers une agriculture durable » .

Partie 3 : Produire plus et mieux, pour une agriculture durable

Virginie Mercier  est Maître de conférences HDR à la Faculté de Droit et Science politique d’Aix-Marseille Université, Directrice de l’Institut de Droit de l’Environnement et du Développement Durable, spécialisée dans l’étude du droit des affaires dans le développement durable : Responsabilité sociétale des entreprises, finance durable, responsabilité civile environnementale, contrat et RSE, droit de l’environnement et santé-sécurité au travail. Virginie Mercier a dirigé un colloque le 10 Avril 2020 intitulé : « Agriculture et alimentation durables, Le temps des transitions ». L’objectif principal de ce colloque était d’apporter des éléments de réponses à la problématique : « Comment nourrir l’ensemble des habitants de la planète, en produisant une nourriture suffisante, de bonne qualité et dont les modes de production soient respectueux de l’environnement. 
Virginie Mercier présentera une intervention sur « La durabilité : une réponse aux différents enjeux et défis de l’agriculture du 21ème siècle. »

Stéphane Jezequel est un ingénieur ARVALIS (institut du végétal) et est nommé depuis peu au poste de directeur scientifique d’ARVALIS. Cet ingénieur agronome diplômé de l’ENSA Toulouse a développé son expertise scientifique et son expérience de terrain depuis son entrée à l’ICTF en 1990 en tant qu’ingénieur régional en PACA. Il travaille en agriculture de la conservation, plus précisément dans la culture de semi-direct sous couvert végétal. Il s’est également investi en faveur de la recherche de voies d’adaptation au changement climatique et des impacts du dérèglement climatique sur la rentabilité et la qualité des productions de céréales dans le Sud-Est. Il travaille en étroite collaboration avec Mathieu Marguerie sur la déclinaison « bio» de tous ces sujets.
Stéphane Jezequel présentera une intervention sur « Les recherches scientifiques sur les techniques agricoles durables« 

Partie 4 : La santé des plantes dans un monde en pleine mutation

Benoit Geslin est maître de conférence à l’Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie Marine et Continentale (IMBE), basé à Aix Marseille Université Campus Sciences Saint Jérôme. Il réalise des travaux de recherche en Écologie et en Écologie de la pollinisation, et il s’intéresse plus particulièrement aux abeilles sauvages et aux réseaux d’interactions qu’elles forment avec les plantes à fleurs. Ses objectifs sont de comprendre comment les perturbations d’origines anthropiques (urbanisation, intensification agricole, espèces introduites) modifient la structure des communautés d’abeilles sauvages et quelles en sont les conséquences pour la reproduction, le maintien et l’évolution des communautés végétales. Il dispense également des cours en Écologie, en Écologie du paysage, en Interactions biotiques et Écologie Urbaine et dans les Unités d’Enseignements de Diversité du Monde Vivant.
Benoit Geslin présentera une intervention basée sur une étude de cas : « Les pollinisateurs.«