Promo 2012-2014

 

La promotion 2012-2014, de gauche à droite : Sophie Koch, Michèle Gritte, Malène Lherm-Pouzenc, Coralie Rivera, Elodie Roussot, Leïla Mathieu, Benoît Lime et Maxime Quemin.

 

 

Michèle Gritte 

Suite à l’obtention du baccalauréat scientifique je n’avais qu’une envie, faire partie de ceux qui protègent l’environnement. J’ai donc opté pour un DUT Hygiène Sécurité Environnement (HSE) à l’Université des Antilles Guyane afin de limiter l’impact d’une entreprise sur son environnement. A l’issu des 6 premiers mois de cours de 2ème année, je n’étais toujours pas convaincue de mon orientation. Il me manquait quelque chose, mais quoi ? J’ai ensuite réalisé un stage de 3 mois au sein d’une association qui m’ouvrit les yeux. Ma destinée était l’éducation à l’environnement. Ce stage me permis de trouver ma voie, sensibiliser les gens de tout âge, de tout genre et de tout horizon.

La résultante de mon parcours est donc une suite logique. Toujours avide de savoirs théoriques tout en restant au contact du monde professionnel, j’ai réalisé la licence professionnelle Médiation Scientifique et Éducation à l’Environnement à l’IUT de Tour et postulé pour ce master.

Elle sait aussi danser

En réalité, originaire de Martinique, Michèle hésite dès son plus jeune âge, entre une carrière de danseuse professionnelle et le master médiation environnement. C’est finalement ce dernier qui primera ainsi que son désir de se rapprocher du département des Bouches du Rhône, connu pour son climat notoirement plus agréable que celui des Antilles. Son arrivé à Marseille en 2012 est un véritable bouleversement pour la ville. D’aucun dirait, on n’a pas vu cela depuis la sardine qui boucha le vieux port. En effet, parfaitement adaptée au milieu urbain, Michèle est la première à réaliser une traversée à pieds de Marseille, sans escale et sans assistance à ce jour. 

 

Sophie Koch

Originaire d’Allemagne, je suis venue en France pour réaliser mes études au plus proche de la mer et du continent africain. Avant même de commencer mes études d’océanologie, j’ai pu être immergée dans la culture africaine, ce qui a sucité un immense intérêt pour ce continent qui me poursuit jusqu’alors. Mes idées précises de mon projet de vie m’ont amené à revenir plusieurs fois en Afrique et à déterminer une spécialisation d’une meilleure communication entre les cultures.

J’envisage de travailler en tant que médiatrice entre les projets environnementaux, qui s’inscrivent dans le cadre du developpement durable, et les communautés locales. Ma pluridisciplinarité, me permettra d’intervenir dans des conflits de communication interculturelle afin de sensibiliser les réalisateurs des projets humanitaires environnementaux pour des besoins socioéconomiques et culturels sur place et inversement.
Cette formation me permet de communiquer l’aspect scientifique en s’adaptant à des situations et publics différents.

Le ciment Allemand est très puissant!

Sophie est quelqu’un de très investie qui n’a pas peur de mettre la main à la pâte. Il est clair que son énergie et sa motivation ne peuvent être remis en cause. Ces qualités additionnées à sa bonne humeur quasi permanente agissent comme du ciment qui maintient la cohésion et la dynamique de notre promotion. 

 

Pauline Lejeune

Pour connaître l’histoire de Pauline, allez sur Coup de théâtre!

 

Marlène Lherm-Pouzenc

Depuis toujours je me destinais à devenir vétérinaire équin, après mon bac S, je suis donc entré en prépa BCPST pour pouvoir tenter le concours d’entrée aux écoles vétérinaires. Seulement au bout d’un an, je me suis résolue à accepter le fait que je ne supportais pas les dissections, je suis donc partie pour la licence 2 biologie écologie et environnement de Marseille. Après ma licence, j’ai cherché un master qui me permettrais de rentrer en mastère spécialisé « science et management en filière équine », la double compétence en communication et écologie du master médiation m’a semblé convenir tout à fait. Je ne regrette pas mon choix, les cours étant extrêmement diversifiés,  j’y trouve toujours une application pour le métier auquel je me destine, c’est-à-dire directrice d’élevage de chevaux de sport.  

La maraine des chevaux

Marlène est une fille passionnée par les chevaux. Elle sait allier équitation et vie professionnelle.
Avec son pull rose et son sac de ‘la Cure Gourmande’ on peut l’imaginer dans un bureau en train de gérer des grands événements ou dehors, soigneuse et près des chevaux. Elle sait ce qu’elle veut, elle galope vers son rêve et manoeuvre autour des obstacles avec classe et détermination.

 

Benoit Lime

Originaire de Franche Comté, je me suis orienté, après l’obtention d’un bac scientifique, vers une licence de « biologie, écologie » à l’université de Besançon. Durant les trois années qui ont suivi, j’ai pu affiner mes envies pour l’avenir, de part mes études, mes hobbies et mes jobs d’été que j’effectuais en tant qu’animateur. C’est ainsi que je me suis rendu compte que je voulais travailler dans l’environnement, transmettre mes savoirs et avoir une activité de création (expositions, films, jeux…). C’est donc tout naturellement que je me suis dirigé, après ma licence, vers le master « médiation et communication scientifique » de Marseille.

Il y a quelque chose sous les Dreadlocks!

 Pour reconnaître Benoit, il suffit de chercher les Dreadlocks, seulement ne vous fiez pas aux apparences, ce franc comtois pur souche, au sourire omni présent sait aussi être sérieux et efficace. Si vous avez besoin d’identifier n’importe quel oiseau posez lui la question, il saura vous répondre et le fera avec plaisir et bonne humeur. Mais attention je dois vous mettre en garde, Benoit adore les chips donc si vous avez un paquet et que vous ne désirez pas partager un conseil : fuyez temps que vous le pouvez, sinon il en est fini de votre réserve.

Malgré cette légère addiction Benoit est quelqu’un qui gagne à être connu, si vous en avez l’occasion, allez y, vous  ne le regretterez pas.

 

Leïla Mathieu

J’ai eu un parcours que l’on pourrait qualifier de tout à fait classique. A la suite de mon baccalauréat, j’ai choisi de m’orienter vers une licence de Biologie puisque je souhaitais en savoir plus sur les Sciences de la Vie et de la Terre. En licence, j’ai décidé de suivre le parcours « Biologie, Ecologie » car j’aime observer la nature et comprendre le monde qui m’entoure. En troisième année de licence, j’ai effectué un stage de trois semaines avec un médiateur scientifique du jardin botanique de Besançon qui m’a permis de découvrir ce vers quoi je voulais réellement m’orienter : la médiation. Le choix de mon master a alors été simple puisque celui-ci est le seul en France à allier la médiation, la communication avec l’étude de l’environnement.

La chaleur du Nord s’installe dans le sud!

Avec son look « hippie-funky », Leïla apporte tous les jours sa dose de bonne humeur et de dynamisme. Leïla c’est aussi ses habitudes: « petite clope puis petit café » qui rythme la journée. Enfin, Leïla, c’est sa capacité d’écoute, et de vous donner des conseils avisés.

Petit conseil: Ne lui dites pas que vous mangez des tomates en hiver, cela pourrait l’énerver!

 

Maxime Quemin

Tantôt technicien de laboratoire en virologie humaine, tantôt étudiant en océanographie, mon parcours illustre ma passion pour les chemins sinueux. J’ai en effet décidé, en 2011, de quitter le monde de la recherche médicale pour réorienter mon parcours vers l’environnement. Ce changement de cap s’inscrit, dans une volonté de vouer ma vie professionnelle à la problématique des déchets qui s’accumulent jour après jours dans nos milieux de vie.  Le master médiation est pour moi une réelle opportunité de sortir des laboratoires et de pouvoir travailler avec d’autres acteurs de notre société. Des changements de comportements doivent avoir lieu, mais pas à n’importe quel prix et en respectant ceux qui n’ont pas le luxe de penser à la sauvegarde des paysages et de la biodiversité au quotidien.

L’homme à bicyclette

Un brin désorienté, ce joyeux luron s’est parfaitement intégré au master. A la fois criminel lors des animations de didactique, cliqueur fou en cours de sociologie et maniaco-recycleur en stage ; il a su nous séduire par son vécu et ses expériences professionnelles. C’est le cœur sur la main qu’il vous accueille chez lui pour un bon repas ou vous propose son aide pour de la compréhension en anglais. En bref, Maxime est une personne qui possède de multiples facettes dont certaines sont cachées dans sa chambrette.

 

Coralie Rivera

Je suis Marseillaise et j’ai effectué toutes mes études ici. Après un bac scientifique, je suis entrée en licence Sciences de la Terre et de l’Environnement sur le site de Saint Charles, cette licence pluridisciplinaire m’a permis d’avoir un panorama des disciplines que touche l’environnement. J’ai suivi le parcours Environnement, Technologie et Société de cette licence car je souhaitais m’orienter vers les métiers de conseillers en environnement et la gestion de conflits. Durant ces années d‘étude, j’ai pu découvrir aussi le monde de l’animation et l’éducation à l’environnement. Ce master semblait donc la suite logique de mon parcours toujours pluridisciplinaire et axé sur la communication et les moyens de transmissions. Aujourd’hui, je suis d’avantage intéressée par l’éducation à l’environnement, dans ce sens j’ai effectué mon stage de première année au sein de l’association Planète Sciences.

La persuasion en toute discrétion

Attachante, souriante, joueuse, voir même taquine, tout ça dans la plus grande discrétion. C’est le meilleur moyen pour parvenir à désarçonner son interlocuteur.

 

Elodie Roussot

J’ai grandi entourée d’animaux et chaque occasion était un prétexte pour une balade en pleine nature. Plus le temps passe et plus cette soif de nature grandit avec moi. Végétarienne résolue et engagée pour la cause animale, j’ai décidée après plusieurs changements de parcours de faire de ma passion, un métier. Je suis donc entrée dans le master médiation en environnement dans le but d’acquérir une double compétence à la fois scientifique avec les connaissances en écologie notamment et de communication avec les cours de communication, de vidéo, de site web… Je pense que cette formation sera un réel atout pour mon futur emploi, chargée de mission en parc naturel. Ce master nous offre une multitude d’opportunités et à l’heure actuelle cela joue beaucoup.

La fille des loups

Volontaire et enthousiaste, Elodie est une fille pleine d’énergie, serait-ce son régime végétarien qui lui réussi autant ? Une chose est sûre Elodie est une grande amie des animaux. Gentille, elle sait aussi être très persuasive… Et tout ça avec le sourire bien sûr !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *